Doctrine N°163 - Mars 2020

Notre précédent numéro évoquait dans son édito, sans vouloir trop y croire, les larges répercussions à attendre de l’épidémie de coronavirus.

Quelques jours plus tard, et alors que la moitié de la population mondiale est désormais confinée (de manière stricte ou incitative), l’actualité du mois a nécessairement une tonalité particulière. C’est pourquoi nous vous proposons un « supplément COVID-19 » présentant à la fois les conséquences de cette crise sur les clôtures 2019 (pour les groupes encore concernés !) et sur les clôtures décalées ou les arrêtés intermédiaires 2020.

Alors que le monde fait face à une crise d’une ampleur exceptionnelle, les experts de Mazars sont plus que jamais mobilisés à vos côtés pour continuer à vous accompagner sur les nombreux sujets comptables que pose l’épidémie mondiale de COVID-19.

Dans ce contexte, ce supplément a tout d’abord vocation à vous tenir informés des positions qui émanent des différentes instances ou organismes de place en lien avec la crise actuelle, comme cela a toujours été l’ambition de DOCTR’in. Face à une situation inédite, ce supplément innove également en vous présentant les vues préliminaires de Mazars sur des sujets actuellement en discussion au sein de la profession comptable, avec l’ANC, l’AMF et les représentants des entreprises, et qui n’ont donc pas encore fait l’objet de publications « officielles ».

Ce supplément est le premier d’une série que nous espérons la plus courte possible. Il nous permettra de vous alerter dès qu’une actualité le nécessitera, possiblement de manière décalée par rapport au calendrier habituel de notre newsletter DOCTR’in.

Si cette crise mobilise beaucoup d’énergie, l’IASB n’a pour l’heure que marginalement adapté son calendrier et son programme de travail. Le mois de mars a ainsi vu la publication d’un document pour discussion sur les écarts d’acquisition et la dépréciation sur lequel nous reviendrons plus en détails ultérieurement. Nous vous présentons également la fin des redélibérations sur les amendements à IFRS 17, la date d’entrée en vigueur obligatoire de la norme ayant été fixée au plus tard au 1er janvier 2023.